Porter plainte contre un médecin-conseil

Sujet vu 53420 fois - 30 réponse(s) - 2 page(s) - Créé le 05/03/10 à 23:15
> Droit de la santé > Droit des malades


morobar, Vendée, Posté le 24/10/2016 à 09:37
7797 message(s), Inscription le 09/11/2015
Bonjour,
La notification du médecin-conseil indique les voies et délais de recours contre sa décision.
Mais ici le médecin pense qu'il est inutile de prolonger plus avant un mi-temps et que mieux vaut la consolidation.
La consolidation n'est pas un constat de guérison, mais la conclusion résultant, dans l'état actuel des connaissances médicales, de l'impossibilité d'améliorer sensiblement et durablement la pathologie du malade.

Poser une question Ajouter un message - répondre
Diane74000, Ardennes, Posté le 12/08/2017 à 04:24
1 message(s), Inscription le 12/08/2017
Bonjour, mon profil : âgée de 42 ans, Agent compta depuis 18 ans dans la même boite, sportive, souriante, très sociable, vivant avec mon ami et mon fils de 19 ans jusqu'au 02 septembre 2014, le 03/09/2014, mon fils s'installe à Lyon, mon ami me quitte au bout de 2 mois, après l'accident.
J'étais une femme très sportive depuis plus 20 ans (Basket au Lycée, VTT, randonnée en montagne (licence), Karting, delta-plane, escalade(licence), natation tous les dimanches matin, jet-ski à la maison de mes parents à Argelès-sur-Mer + 2ème VTT pour les parcours du Pic du CANIGOU, ski en mars de chaque année, équitation - photos et licence le prouvent).Une hygiène de vie très contrôlée; pas soda, pas d'alcool, pas sauce, pas épices, pas graisse, pas tabac.Passion pour la photo surtout en montagne, je peins des tableaux,je faisais mes propres vêtements avec ma machine à coudre, pseudo décoratrice d'intérieur à mes heures perdues chez des ami(e)s et ma famille dispersée partout en France. Les antécédents médicaux : asthme depuis mes 11 ans, l'index de la main droite prise dans une porte 2009, 25 ans de résultats des prises de sang excellents.. Mon médecin traitant était un homme exceptionnel en respectant le code de la déontologie médicale et m'a soigné pendant 14 ans...parti en retrait 2010. Nous avons gardé le contact.


J'ai été accidentée en tant que piéton (AVP) 29/09/2014 sur la voie publique en regagnant mon poste de travail. La voiture a grillé le feux et m'a projetée en avant (éclat du pare-brise en étoile et éclat du phrase gauche de la voiture). Conséquences : Perte de connaissance initiale pendant 3h00, une dent fracturée, genoux droit touchée (reconnu au moment de l'accident à l'hôpital mais le généraliste a supprimé cette lésion sur le certificat de l'accident de travail un mois avant la consolidation et la dent fracturée), traumatisme crânien(reconnu par l'accident), emphysème pulmonaire (le docteur m'explique que l'accident n'est pas en cause alors que des radios des poumons ont été faites 2 ans auparavant et aucun emphysème : résultat des courses : je n'ai plus de crise d'asthme depuis l'accident, les médecins parlent de bienfaiteur de cette bulle d'air), 3 hernies discales après 2 mois de l'accident en restant couchée et 2 autres survenues 8 mois après (les médecins m'expliquent qu'elles étaient déjà là avant l'accident sans consulter mon dossier médical avant l'accident, ces médecins ont reconnus que 2 hernies cervicales C4-C5 et S1-L5), douleurs du canal carpien (l'électromyogramme a été faussé par le neurologue :durée du test a duré 6 minutes au lieu 30 minutes à une heure et m'a branché que le pouce et l'auriculaire à une machine. Le neurologue a réussi à établir un test complet: nerfs et muscles (myopathies)INCROYABLE. Vu un autre, à 200 km de chez moi, le neurologue a fait la même erreur mais a réussi à donner un examen complet : DOUBLEMENT INCROYABLE) Helicobacter pylori février 2015 puis juillet 2015 (les médecins mettent en cause les légumes mal lavées et non les anti-inflammatoires... je ne cuisine plus depuis l'accident, je cumule des oublis de casseroles de pâtes ou de cocotte sur le feux pendant plus 10h où je sors toute la journée chez ma tante en oubliant l'action de cuisiner, je me rends compte une fois sur place, l'odeur de brûler à l'appartement et la casserole qui brûle sur le feux. En soirée, je cuisine et je pars à la salle de bain pour doucher 10mn et doit regagner la cuisine pour finir la cuisson...et bien, non ! ma mémoire me rappelle de rien et je me couche. Seulement l'odeur du brûler ou du gaz me réveille), arthrose des 2 genoux (ils croquent à chaque action physique, ne sont pas reconnus par l'accident), sciatique chronique (reconnu), douleur chronique du coccyx (je ne peux plus m'asseoir plus d'une heure mais les généralistes ne mettent pas en cause l'accident. Rappelons que j'ai fait du galop et jamais de douleur au niveau du coccyx, jamais de chute à cheval).


Au bout de la 3ème nuit à dormir semi-assise dans le canapé,impossible de dormir dans mon lit, je pars au service des Urgences d'un hôpital public de ma commune, arrivée vers 20h pour mes douleurs dorsaux atroces et persistantes depuis 2 mois après l'accident. Le Docteur du service des Urgences me fait part de ne plus revenir dans son service et aller à un autre hôpital, que mes douleurs sont d'ordre psychologie. Pas radio du dos, sortie avec une ordonnance:Doliprane 3 fois par jour pendant 7 jours. Depuis, cet hôpital m'angoisse d'y retourner, à devoir entendre ces réprimandes gratuites et injustifiées comme une forme de découragement, renoncer à me soigner. (Petit rappel: cet hôpital a fait les premiers soins suite à l'accident AVP).

L'assureur de l'automobiliste, AXA (pour le citer), m'a dédommagé que 1.000 euros après 8 mois de l'accident. J'ai contacté un avocat à 440 € de l'heure et ne défend pas mon dossier qui me paraissait solide avec l'attestation du médecin traitant de 14 ans de fidèlité qui me fourni une attestation de bonne santé générale, les copies du dossier médical avant l'accident (1992 à 2010),licence de sport d'escalade, attestations de témoins (amis, familles, employeur) pratiquant des sports réguliers, des travaux manuels, ma joie de vivre, ma bonne humeur, mon employeur atteste mes aller-venus en VTT sur mon lieu de travail, mes parents atteste les travaux de peintures, d'électricité, ragréage des sols, installation des sols en PVC, carrelage de la salle de bain dans leur maison avec l'aide d'un ami. Mon avocat a retourné sa veste et rejoint l'idée de ses médecins et elle s'appuie sur le fait que mes douleurs et lésions ne soient pas que de l'accident...CHOQUÉE de ces propos. L'avocat a le rôle défendre les intérêts de la victime et non de m'attaquer sur mon dossier médical. Elle possède en copie tout mon dossier médical depuis mes 19 ans à aujourd'hui.


Consolidée 16 février 2016 pendant une hospitalisation concernant des soins liés à l'accident (la CPAM ne doit jamais consolidée une victime pendant une hospitalisation.
De ce fait, j'ai pris contact avec un médecin de recours à 150 € de l'heure (médecin spécialisé dans l'évaluation du dommage corporel), 19 médecins en 3 ans (aucun médecin ont voulu consulté mon dossier médical avant l'accident, 17 ans d'ordonnances prescrites, principalement de la VENTOLINE en aérosol et des radios des poumons) et 7 kinés qui me soignent sous ventouses antalgiques. Le médecin du travail m'informe que les hernies discales ne sont pas douloureuses et que mes douleurs corporelles sont psychosomatiques, ses propos rejoignent ceux des 19 médecins consultés aux comptes rendus très corsés ne causant en aucun cas l'accident mais des troubles psychologiques causant ces douleurs. Mon taux d'IPP est reconnu à 7 % par la CPAM contre 48% estimé par le médecin de recours.

J'ai adressé une plainte en lettre recommandée à l'ordre des médecins conseils de ma commune qui est restée sans réponse. La CPAM est restée dans un silence absolu suite à mes 8 lettres recommandées pendant 14 mois, réclamant mon rapport médical final avec ce taux IPP à 7%. Avec l'appui de la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA), Défenseurs des Droits, l'Ordre des Médecins (tolère le silence de la CPAM) et interpellée la députée de ma ville, j'ai enfin obtenu ce rapport médical.

Depuis 3 ans, ma vie se résume à un lit toute la journée, aménagée ma salle de bain d'équipement de sécurité:rampe à la baignoire, (assis, je n'arrive plus à sortir de l'eau, à m'extraire de la baignoire, bandeau d"éponge avec anses pour laver le dos, et appareil brosse souple à ventouse pour laver les pieds sans se baisser), Douleurs continuelles du cou (arthrose et hernie c4-c5), dos hernies D9-D10- D10-D11,coccyx,douleur chronique à l'estomac, des 2 genoux, les talons des pieds en marchant, les bras, les avant-bras (je ne peux plus m'accouder sur un bureau, coudes douloureux : nerfs), mains (crampes, décharges électriques en utilisant une agrafeuse, faire le lit, tenir un parapluie plus 10 minutes,porter les courses), des fatigues chroniques, pertes de mémoires, troubles de la mémoires, difficultés à prendre la parole, à trouver mes mots, oubli de régler les factures, oubli mes parapluies en boutique, mes achats chez les commerçants, mon humeur a radicalement changé, j'ai abandonné toutes mes activités sportives sauf la piscine, à flotter et marcher dans l'eau pour muscler les membres ; je me suis rabattue sur des livres littéraires, livres de voyages, livres de montagnes, mon PC est chargé de vidéos et de photos de mes sports pratiqués, pour me consoler. Mon ami m'a quitté 2 mois après l'accident.J'ai perdu beaucoup d'amis sportifs qui continuent leurs vies. Faire de la voiture, réveillé les hernies et la sciatique. Marcher plus de 30 minutes me fatigue incommensurable absorbant toute mon énergie.

Il y a 3 semaines, j'avais pris RDV fixé à 16h avec une rhumato à 200 km de chez moi, venue en train avec ma valise (porte-documents médicaux). J'ai dû prendre un hôtel pour dormir 3h pour récupérer avant le RDV ... La rhumato m'a mise à la porte au bout 10 mn de consultation ayant su que je contestais le taux IPP 7% et m'a réclamé son tarif : 50 €... c'est le 3ème rhumato à me mette à la porte et 4 généralistes de la même manière. Je vous prie de croire que votre orgueil, votre intégrité en prend un sacré coup au moral...considérée comme une pestiférée à me mettre à la porte des cabinets médicaux.

Un centre de réadaptation Fonctionnelle pour Adultes (CRFA) à 10 minutes de chez moi, refuse de me prendre en charge malgré les courriers de 2 généralistes. Raison du refus : "complet" et ce à 2 reprises 2015, 2016. Leur réponse déguisée est bien claire. Sachez que les CRFA, il y a toujours de la place pour des personnes dites "cas urgent ou prioritaire".

En septembre 2016, un généraliste me parle de rechute suite aux nouveaux éléments médicaux mais refuse que le certificat de rechute porte son nom.En novembre 2016, je vois un autre médecin, Elle me fait un courrier manuel en notifiant une errance médical depuis 2 ans mais refuse aussi d'établir le certificat de rechute...d'aller ailleurs, dans un autre cabinet médical, me dit-elle.

Il a y rechute le 03 juillet 2017, fibromyalgie invalidante. Le médecin conseil de la CPAM, vu le 28 juillet 2017, m'informe ""qu'il est probable qu'il ne s'agit pas de l'accident" et fait un lien avec une dépression de 2008 avec cette fibromyalgie déclarée à ce jour. INCOMPREHENSIBLE sa conclusion. Ce médecin avait déjà sa conclusion avant même l'examen du 28 juillet. ...Juste à préciser que cette dépression 2008 a été de courte durée pour un soucis financier régler par mes parents en 3 semaines. Un courrier a été fait par mon médecin en 2008 expliquant cette dépression d'ordre financier, le médecin conseil a refusé la copie pour la joindre au dossier médical de la rechute lors de l'entretien.

Les comptes-rendus des médecins des 3 dernières années parlent de douleurs diffus et se préservent à ne pas noter fibromyalgie ce que me réclame le médecin-conseil à ce jour. Seuls les kinés, certains médecins et mon podologue parlent de fibromyalgie.

Mon employeur refuse l'aménagement de mon poste décider par la médecine du travail et mon patron cherche à me mettre à la porte par ses agissements d'harcèlement moral (reste derrière ma porte pour écouter mes appels, devient amer quand j'ouvre la fenêtre de mon bureau en hiver à 8h et m'écrase la main en me saluant, me suit dans les couloirs jusqu'à la salle de café). Moralité, les accidents de travail de la route vous condamnent à vie et vous laissent des séquelles physiques bien lourdes et psychiques...ces médecins contestent indéfiniment les lésions causées par l'accident. Sur les forums,les salles d'attentes fréquentées, les victimes ne se comptent plus par dizaines mais par millier chaque année à vivre ces préjudices.
Les compagnies d'assurance : ASSURANCE - ATTENTION DANGER
Dans le cadre d’un dommage corporel causé par un accident de la circulation ou du travail, une erreur médicale, vous allez connaître le monde sans pitié des assurances.
Vous serez totalement démunis face au médecin expert désigné par la compagnie d’assurance adverse (et rémunéré par elle) qui devra vous indemniser.
Il vous faudra ensuite discuter chaque poste de préjudice pour tenter d’obtenir une indemnisation financière qui vous paraîtra acceptable mais qui ne sera qu’une simple aumône.
Il faut savoir que votre propre assurance (même si elle prétend le contraire) s’arrangera toujours avec l’assurance adverse, au détriment de vos propres intérêts, fait prendre conscience de la malhonnêteté de certaines CPAM, médecins, professeurs et compagnies d’assurance.

chaber, Pas-de-Calais, Posté le 12/08/2017 à 06:55
5837 message(s), Inscription le 13/08/2008
Modérateur
bonjour

vous auriez dû ouvrir un post séparé pour exposer votre cas.

Citation :
J'ai été accidentée en tant piéton 09/2014
l'assureur de l'automobiliste doit vous indemniser selon la loi Badinter pour tous vos préjudices découlant de l'accident.

Citation :
Dans le cadre d’un dommage corporel causé par un accident de la circulation ou du travail, une erreur médical, vous allez connaître le monde sans pitié des assurances.
Vous serez totalement démunis face au médecin expert désigné par la compagnie d’assurance adverse (et rémunéré par elle) qui devra vous indemniser.
Il vous faudra ensuite discuter chaque poste de préjudice pour tenter d’obtenir une indemnisation financière qui vous paraîtra acceptable mais qui ne sera qu’une simple aumône.
Il faut savoir que votre propre assurance (même si elle prétend le contraire) s’arrangera toujours avec l’assurance adverse, au détriment de vos propres intérêts, fait prendre conscience de la malhonnêteté de certaines CPAM, médecins, professeurs et compagnies d’assurance.
Ce que je recommande toujours:
Il est préférable de prendre un avocat spécialisé dans le règlement des dommages corporels qui traitera avec l'assureur du responsable pour une indemnisation poste par poste

De même il faut éviter de se retrouver seul face au médecin expert de l'assureur adverse en prenant un médecin expert indépendant

https://www.legavox.fr/blog/redac-recours/accompagnement-medical-lors-expertise-medicale-23726.htm

Citation :
Il a y rechute juillet 2017, fibromyalgie invalidante. Le médecin conseil vu le 8 juillet 2017 et m'informe ""qu'il est probable qu'il ne s'agit pas de l'accident"
Médecin conseil de la Sécu?

__________________________
Cordialement

Il ne suffit pas qu'une idée soit difficile à exprimer raisonnablement pour qu'elle soit moins bonne qu'une autre. de Louis Farigoule, dit Jules Romains

Verocolere, Posté le 07/09/2017 à 18:43
1 message(s), Inscription le 07/09/2017
Bonjour fibromyalgie sévère diagnostic. En arrêt de travail depuis 2015 convoquée au médecin conseil de ma mutuelle il ma remis un document pour que je vois la médecine du travail. Se que j ai fait. Verdict reconnu inapte à reprendre mon travail femme de ménage. Je recoi mon C4 donc inscription chômage je suis dégouté quel employeur pourrais me prendre ??? Puis je porter plainte envers ce médecin qui ma obliger à faire cette démarche contre mon grès et l avis de mon médecin ? Comment faire je suis perdue j ai 53 ans merci

morobar, Vendée, Posté le 07/09/2017 à 19:17
7797 message(s), Inscription le 09/11/2015
Bonjour,

Ici nous évoquons le droit français et non le droit belge.

ciclamene, Seine-Maritime, Posté le 16/11/2017 à 08:40
1 message(s), Inscription le 16/11/2017
Rappelle des faits :

Arrêt de travail initial de l’hôpital : épaule droite, genoux droit.

J’ai eu un accident de travail le 17/11/2016 à Pontarlier alors que je travailler pour la société X, sur le chantier je suis donc allé a l’hôpital qui mon fait passé des radios sans rien voir (il mon dit que suite a une chute on ne pouvait pas passer IRM ou autre), je suis repartie avec un arrêt de travail de 10 jours et il mon dit d’allée voir un médecin si ca allée pas mieux. Je suis donc resté sur place au gites que je loué a la Longeville, et du fait de mes douleur je suis allé voir un médecin a montbenoit a 2 km de la Longeville qui après consultation ma prolonge de 10 jours, et ma dit MR X rentrée chez vous et allée voir votre médecin en rentrant pour d’autre examen plus approfondie.

Le 23/12/2016 mon médecin le docteur X, avec le résultat IRM ET Ecographie marque sur mon arrêt de travail épaule droite : il explique ce que j’ai, genoux droit et il explique aussi se que j’ai eu, et a ma grande surprise je reçois un courrier en date du 19/01/2017 du service médical ou il me dise que j’ai déclaré une nouvelle lésion (annexe 1)et pour le rattachement de cette nouvelle lésion qu’il doive faire une instruction pour décision.

Le 25/01/2017 je reçois un courrier du service médical de la sécurité social (annexe 2), ou il me dise qu’ils on besoin d’un délai supplémentaire.

Le 10/02/2017 je reçois un courrier du service médical (annexe 3) qui me confirme ne pas prendre en compte de nouvelles lésions (je précise quand même que se n’était pas de nouvelles lésions que mon médecin a marqué juste ce que mentionné le rapport IRM genoux droit et l’écographie épaule droite).

Je retourne donc voir mon médecin à qui je fais voir le courrier et qui ne comprend pas la décision du service médical de la sécurité sociale, je décide donc de faire appelle a cette décision.

Je reçois donc un courrier non daté ou je suis convoqué à la clinique de l’Europe à Rouen pour une expertise médicale le 04/05/2017 avec le docteur X (annexe 4) celui-ci me demande pourquoi je suis venu, je lui explique, mes il avait déjà reçus un courrier, il m’ausculte donc pendant un peu plus d’une heure et je repars sans connaitre la décision de cette expert.

Le 06/06/2017 je reçois un courrier du service médical (annexe 5) qui m’explique la désistions de l’expert Mr X avec le rapport de se médecin (annexe 6). Qui confirme que mon genoux et bien lié a cette accident et la sécu me marque que mon genoux et bien prie en compte en accident.

Lettre au médecin conseil : sécurité social

Après avoir reçus votre courrier en date du 28/09/2017, sur votre nouvelles position concernant mon épaule droite AT/AM et mon genoux droit (consolidé sans séquelle indemnisables, alors que je doit me faire opéré aussi) et que l'expert a penché en ma faveur sans aucune explication écrite ,je suis donc allé voir docteur X et le chirurgien Mr X pour leur faire part de votre décision, et suite a leur conseille je vous fait donc savoir que je m’oppose a votre décision qui pour eux n’est absolument pas justifié.

En ce qui concerne mon arrêt de travail en AT l’arrêt de travail initial été pour mon épaule droite ainsi que mon genoux droit comme vous le savez, apparemment vous ne tenais plus compte de mon genoux qui je le rappelle doit être opéré, et vous ne me tenais même pas au courant des causes de cette décisions qui on été prise malgré plusieurs relance de ma part , j’ai donc déposé cette demande par écrit le 11/10/2017 en main propre a vos bureaux en espérant avoir un retour, je ne peu absolument pas plus détailler ce courrier car je n’est aucune explication de la sécurité social alors que mon rdv été le 25/09/2017 dans leur locaux moins de 1 mois après mon opération j’ai essayé par téléphone et vous m’avez recontacter par téléphone le 10//10/2017 a 10h14 ou j’ai posé ces même question a la dame que j’ai eu et qui ma répondu je cite ”Mr X je ne peut pas vous répondre je ne comprend rien a votre dossier j’ai rarement vu cela dans un dossier , je me renseigne et vous rappelle cette après midi ou demain matin“. A ce jour je n’ai pas de nouvelles.


Cordialement,


Ajouter un message - répondre 

PAGES : [ 1 ] [ 2 ]