Litige entre propriétaire et locataire terrain agricole

Sujet vu 49163 fois - 30 réponse(s) - 2 page(s) - Créé le 26/05/08 à 19:26
> Droit Civil & familial > Droit des biens


din, Posté le 19/03/2013 à 14:02
2 message(s), Inscription le 14/03/2013
la parcelle a 26 a je suis eleveurs de chevaux depuis 1998 mais l agriculteur et le maire de mon village

Poser une question Ajouter un message - répondre
secotte, Posté le 25/08/2014 à 10:06
1 message(s), Inscription le 25/08/2014
BONJOUR
Mon beau père loue des terres ' mais le locataire ne paye pas que pneus faire mon beau père sachant que le locaterre et sous sindic merci.

alpion, Posté le 18/02/2015 à 12:31
1 message(s), Inscription le 18/02/2015
bonjour
Heureusement, tout le monde n'est pas Cyrano qui le 19/01/2013 sous couvert d'un pseudonyme pose la question en ces termes de savoir "Qui devrait être propriétaire d'un champ , celui qui le loue (qui en a hérité bien souvent et est donc d'une famille aisée, voire noble ) ou celui qui en vit, fait vivre d'autres personnes avec et sue sang et eau pour la valoriser ?"
le propos est si haineux qu'il mérite le mépris. En effet, de quel droit ce monsieur Cyrano peut il se prévaloir pour revendiquer la propriété de terres qu'il cultive? Parce que les héritiers sont riches, nobles et pourquoi pas des capitalistes? Sans eux, monsieur Cyrano n'existerait pas s'il n'y avait eu des possédants pour leur faire confiance! Beaucoup doivent se retourner dans leur tombe d'avoir fait confiance à ce type d'escrocs.
Et de continuer en nous insultant en ces termes " Je ne sais pas dans quel monde vous vivez, mais les agriculteurs expropriés pour faire construire logements ou entreprises, j'en connais pas mal ! Il suffit que ledit terrain soit en zone constructible ou en zone nature et sport !" C'est vrai qu'il y a des expropriations douloureuses. Mais elles le sont sentimentalement, pas matériellement. Beaucoup de ces expropriations se font à des tarifs conséquents sans rapport avec le tarif des terres agricoles. Pour preuve, il n'est pas rare de constater que les agriculteurs expropriés sont souvent maire ou conseillers dans leur commune et connaissent bien avant la population les orientations à venir en terme de plan d'occupation des sols. De quoi bâtir une fortune sur les dos des administrés. Seriez vous maire ou conseiller monsieur Cyrano?
Quant à prétendre que les primes que vous percevez ne sont que la juste compensation des décisions stupides prises par des technocrates qui n'ont jamais mis les pieds dans une ferme, je suis d'accord avec vous. Ces subventions sont stupides et ne devraient pas exister. Elles sont payés par la communauté, donc par les contribuables, dont certains sont ceux à qui vous la mettez bien profonde en vous gavant de ces primes.
Avez vous simplement pensé à celui qui a hérité de ses parents, qui eux mêmes avaient hérité et vous ont fait confiance en vous louant alors que ce possédant héritier travaille peut-être durement et peut-être beaucoup plus durement que vous, que s'il est riche tant mieux pour lui et qu'il n'a pas forcément voler les autres comme vous prétendez avoir le droit de la faire alors que vous êtes gavés de primes en tout genre et autres spéculations foncières.....
Un peu de sérieux monsieur Cyrano, et surtout du respect pour ceux qui vous permettent de vivre....et honte à vous pour vos propos...
Quant aux possédants, ne relâcher pas votre vigilance, il y a quelquefois des solutions simples qui relève d'un bon dialogue avec votre locataire...

IOSA, Pyrénées-Atlantiques, Posté le 01/10/2015 à 01:34
1 message(s), Inscription le 01/10/2015
TaBonsoir

Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est un droit de propriété, je leur conseille de lire le Code Civil avant de déblatérer de telles sottises....
Le fermier qui n'a pas de bail écrit et qui ne peut prouver qu'il vous reverse un loyer ne peut se prétendre locataire ou preneur d'un bail a ferme.
D'autre part, durant le bail sous le statut de fermage qui est de neuf années, découpé en rondelles de trois fois trois ans, il faut vraiment une reprise par vous même si vous avez le diplôme exigé pour exercer le métier d'agriculteur et surtout avoir l'autorisation d'exploiter, sinon reste la reprise par un parent proche qui doit aussi posséder le diplôme et l'autorisation et vous pouvez faire la reprise en respectant le délai de congé avant la fin de chaque période de trois années.
D'autre part, ne sont pas compris dans le statut de fermage les terres ayant une superficie inférieure au minimum légal de votre secteur, c'est à dire que le statut de fermage ne peut s'appliquer quand le terrain est trop petit et là ce n'est plus le code rural qui s'applique mais le code civil qui vous permet de reprendre votre terrain à la fin de la période de location qui peut être de la durée que vous voulez.
Si à partir de ces éléments, vous ne savez toujours pas comment il faut faire pour effectuer une reprise légale, c'est que vous ne savez pas lire un code.
Autrement dit, vous ne pouvez durant la location d'une terre sous le statut de fermage...la diviser physiquement par géometre expert ( superficie inférieure au minimum de chez vous), mais rien ne vous l'interdit de le faire par donation et comme nul n'est tenu de rester dans l'indivision, on vous opposera que la division est illégale mais pas qu'elle est nulle en droit, le preneur pourra se maintenir comme locataire pour le renouvellement légal sans reprise soit 9 années de plus, mais après il ne pourra plus invoquer le statut de fermage, car le renouvellement du bail est toujours un nouveau bail.
Voilà et c'est de la part d'un paysan locataire qui prend un peu de temps pour éclaicir le code rural et le code civil pour les pauvres héritiers qui pensent pouvoir dire tout et n'importe quoi sur les paysans...à croire qu'ils pensent sincerement qu'un paysan n'a jamais fait d'étude..Hé ben non, c'est obligatoire pour s'installer et le diplôme est du niveau bac.
pez votre texte ici pour répondre ...

KERNES, Posté le 22/12/2016 à 10:24
5 message(s), Inscription le 22/12/2016
Bonjour,

Merci de votre précision.Me concernant la difficulté est de montrer la 1e date de mise en location. Mais constat d'huissier et mauvaise tenue.

CaeliC, Posté le 15/01/2017 à 20:41
1 message(s), Inscription le 15/01/2017
Bonjour,

Je me permets d'ajouter ma pierre à l'édifice de la grogne. En effet, mon père nous a vendu ses terrains - à mon frère et à moi. Lui aussi de bonne foi, il avait loué ces terrains à un agriculteur lui faisant faire toutefois une lettre manuscrite dans laquelle il assure accepter de laisser mon père reprendre les terres le jour où il le souhaiterait. Seulement, maintenant qu'effectivement nous souhaitons les récupérer, ce paysan refuse de partir, arguant lui aussi qu'il a tous les droits, que la lettre n'a aucune valeur, etc. Ma question est la suivante : Si mon frère et moi prétextons de vouloir louer nos terrains à mon père (ancien agriculteur inscrit à la MSA mais sans diplôme), pouvons-nous stopper la location ? Et si oui, doit-on toujours attendre les 18 mois de préavis ?

Et aux paysans qui se sentent lésés : oui, nous sommes de pauvres héritiers. Vive l'héritage (ou l'achat) d'un terrain avec locataire impossible à virer. Si les paysans étaient réellement de bonne foi, ils se les achèteraient ces fout** terrains, et au prix qu'ils valent réellement, pas à celui qu'ils imposent aux propriétaires. En outre, je me permets de rappeler que l'héritage, c'est bien beau, mais ça coûte des ronds aussi. Alors qui a des préjugés ? Celui qui dit que ça le fait ch*** de recevoir un héritage maudit ou celui qui dit que l'héritier est forcément un branleur qui profite des biens de ses parents ? (D'ailleurs, l'héritage vaut pour le fils de paysan-exploitant qui récupère la location, mais là, c'est normal, hein ?)
Voilà, j'ai "pez [mon] texte ici pour répondre" :D


Ajouter un message - répondre 

PAGES : [ 1 ] [ 2 ]